Aller au contenu
Pitch, storytelling, design et leadership : Le meilleur de l'actualité par ZePresenters logo

Public novice : évitez le piège de l’expertise !

Ces dernières semaines nous avons porté notre attention sur le public :

  • D’abord le public hostile et ses résistances par milliers.
  • Puis le public plus ou moins engagé .

Aujourd’hui nous allons parler du public novice. Celui qui qui ne connaît rien à votre sujet et qui attend avec impatience (ou pas) de découvrir tout ce que vous avez de précieux à lui raconter.

Bonne nouvelle me direz-vous ! Pas tant que ça… Car si vous simplifiez trop, ça ne sert à rien de faire appel à un expert. D’un autre côté, s’ils ne comprennent rien, ce n’est pas très utile non plus. Car vous, expert dans votre domaine, vous avez déjà parlé de tout ça dans d’innombrables présentations. Votre vocabulaire était déjà technique à la base, mais avec le temps, vous avez développé un jargon spécifique, vous avez étiré des concepts et, petit à petit, il est devenu compliqué de faire simple. Alors, comment faire simple sans être simpliste ? Comment présenter son sujet à un public novice sans tomber dans le piège de l’expertise ?

« Rien n’est plus difficile que la simplicité » disait André Derain, d’autant que nos métiers deviennent de plus en plus complexes. Votre objectif, en tant qu’expert, n’est pas seulement qu’ils comprennent, mais surtout qu’ils soient en mesure d’utiliser ce que vous allez leur dire, d’infléchir leur pratique, de réviser leurs cheminements… Bref de profiter d’une expertise qu’ils n’ont pas pour devenir, eux-mêmes, meilleurs ! 

ADOPTEZ LA BONNE POSTURE

Devenir le guide de son projet – Lorsque l’on s’adresse à un public novice, il faut être en mesure d’adapter sa posture. La posture du guide est un bon équilibre conversationnel. Elle vous permettra de prendre du recul sur votre sujet en vous mettant dans un mode visite guidée. Ainsi, vous conviez votre public à découvrir votre projet pas à pas, en l’attendant à chaque étape afin de répondre aux questions et en veillant à ne laisser trainer personne derrière.

Prendre soin de son public – Un public novice est un public à conquérir. Comme il n’y connaît rien, il peut s’accrocher fortement comme se lasser au bout de quelques minutes… Pour maintenir son écoute dans la durée, vous devez prendre soin de lui. Imaginez votre intervention comme une conversation avec lui. Regardez-les, vérifiez que tout le monde est avec vous, plus vous leur accorderez d’attention, plus ils vous en accorderont en retour.

ADAPTEZ VOTRE DISCOURS

Choisir le bon niveau sémantique – Nous avons déjà vu dans un précédent conseil, qu’il existait 4 niveaux sémantiques , à savoir le Vécu, l’Analogie, la Règle et le Concept. Règle et Concept, sont les moins accessibles car ils requièrent un fort niveau d’abstraction. Face à un public novice, il est beaucoup plus adapté de développer son discours sur le champ du Vécu, qui vous permettra de multiplier les anecdotes, et l’Analogie,  qui sera utile pour faciliter la compréhension et la représentation mentale d’une idée complexe.

Être le plus concret possible – Qui dit argumentation, dit… chiffres  ! Seulement, la plupart du temps il ne signifie pas grand-chose pour votre public. En particulier s’il n’y connaît rien. Pour apporter des éléments de compréhension concrets à votre public, il faut donc donner de la valeur et du sens à vos chiffres, raconter d’où ils viennent ou ce qu’ils ont provoqué ! Plus le public est novice, plus il faut préférer les arguments qualitatifs aux arguments quantitatifs.

N’OUBLIEZ PAS VOTRE SUPPORT

 Simplifier votre présentation – Devant tous publics, et en particulier le plus novice, il est important de ne pas surcharger vos slides. Oubliez donc les graphiques en tous genres, les GIF et autres listes à bullet point, passez à l’épuration. Plus vos supports seront chargés, plus le public détournera l’attention de votre discours, moins il comprendra ! Pour chaque slide, demandez-vous : c’est quoi l’idée ? Si la réponse n’est pas claire, affinez votre message et/ou multipliez les slides afin de proposer un parcours pas à pas qui captera plus efficacement l’attention.

En conclusion, plus vous maitrisez votre sujet, plus vous devez être capable de faire simple et court. Ce qui différencie l’expert du leader est son objectif de présence : l’expert aime la complexité car elle valorise son savoir-faire ; le leader aime la simplicité car elle lui permet de s’adresser à tous. À vous de faire la synthèse !

 

A propos de Elisa Delaveaux

StoryManager et formatrice certifiée HUBSTORY, Elisa accompagne de nombreuses entreprises pour transformer leurs stratégies en des histoires claires, inspirantes et incarnées. Sa devise : “ Le bonheur n’est pas d’avoir ce que l’on désire mais d’apprécier ce que l’on a “ (Paulo Coelho)

Share This