Aller au contenu
Pitch, storytelling, design et leadership : Le meilleur de l'actualité par ZePresenters logo

Présentation empoisonnée

Présenter un projet que l’on n’aime pas peut souvent relever de la torture. Déjà que présenter est loin d’être un exercice de prédilection pour la plupart d’entre nous, si en plus il faut parler d’un sujet qui ne nous inspire pas, c’est le comble !
Qu’il s’agisse de devoir présenter à la demande d’un de vos patrons, de parler du projet d’un collègue absent ou encore de vendre une offre auquel on ne croit pas, le constat reste le même : on présente juste parce que l’on n’a pas le choix.

Nous avons tous vécu ce moment où se défiler n’est plus une option, où l’on se retrouve absent, à défendre les idées d’un autre. Et il est forcément frustrant de prendre la parole dans ces conditions. Forcément, on présente sans y croire, en essayant de faire comme aurait fait celui que l’on remplace et en se dépatouillant avec des slides que l’on n’aurait pas faites comme ça.

S’il n’y a malheureusement pas de recette miracle pour croire en un projet que l’on n’a pas choisi, il reste quand même quelques options pour rester sincère et engagé. Voici 3 choses que vous pouvez faire pour rendre cet exercice un peu moins pénible.

Refocalisez-vous sur votre public

Certes, la situation n’est guère plaisante pour vous mais ce n’est pas une raison de la faire payer à votre public. Et si, au lieu de vous focaliser sur vous et vos émotions négatives, vous faisiez un peu plus attention à votre public et à ses propres émotions ? Après tout il n’y peut rien si vous n’aimez pas le projet. Il est présent et il attend surement beaucoup de choses de votre part. Posez-vous une question simple : qu’est ce qu’il attend de vous ? Penser au public et la manière de vous rendre utile vous permettra d’ouvrir de nouvelles perspectives, de trouver un autre angle d’approche plus positif, voir de découvrir des aspects du projet que vos aprioris masquaient jusqu’à présent.

Apprenez à structurer vos propos

Comme le sujet ne vous intéresse pas, vous avez toutes les bonnes raisons pour ne pas y consacrer de temps. Mais c’est une erreur. Si les idées ne sont pas les vôtres, l’histoire que vous allez raconter vous appartient. Prenez le temps de préparer votre intervention et de la structurer comme une histoire. Vous aurez alors plus d’aisance et de plaisir à raconter une histoire que vous aurez écrite plutôt que de présenter un enchaînement d’information par obligation. Et votre public vous en remerciera !

Travaillez votre technique

On est toujours moins à l’aise lorsque l’on défend les idées des autres. C’est justement une opportunité pour travailler votre technique ! Comme un acteur prêt à entrer dans la peau d’un nouveau personnage, il s’agit pour vous de « faire le job ! ». Profitez-en pour répéter votre intervention. Filmez-vous et demandez l’avis d’une personne de confiance. Posez votre voix, travaillez votre posture et n’oubliez pas que la sincérité n’est pas la vérité, mais l’expression de ce qu’il vous semble utile et important à dire.

A propos de Constance Toulemonde

Storymanager et formatrice certifiée Hubstory, elle accompagne de nombreuses entreprises en conseil stratégique pour transformer leurs stratégies en des histoires claires, inspirantes et incarnées. Son motto: inspirer les autres à inspirer les autres.

Share This