Aller au contenu
Pitch, storytelling, design et leadership : Le meilleur de l'actualité par ZePresenters logo

Philippe Zimmermann : « Plus nous serons nombreux à savoir transmettre nos idées de façon claire et concise, plus on gagnera en agilité dans le déploiement de nos projets. »

ADEO est une communauté de 32 entreprises qui aide les habitants à mieux vivre chez eux, dans leur maison, avec 3 marques emblématiques : Leroy Merlin, Bricoman et Zodio. Pendant 30 ans, le commerce du bricolage s’est fait au travers de magasins de grande surface, plutôt en périphérie des villes. Aujourd’hui, ça ne suffit plus. Il faut réinventer la manière de faire du commerce à la puissance Internet, pour être toujours plus utile aux habitants et aux professionnels de l’habitat.

Depuis 4 ans, nous intervenons régulièrement auprès des différentes enseignes du groupe afin d’ai- der les équipes à présenter plus efficacement leurs idées en les clarifiant. Un événement international en particulier a marqué les esprits : « We Make It Happen ». Nous avons demandé à Philippe Zimmermann, Directeur Général d’ADEO de revenir sur ce moment et de nous expliquer comment le Pitch participe à gagner en vitesse dans la transformation du groupe.

Tu es CEO d’ADEO depuis 3 ans. Comment définis-tu ta mission ?

Mon premier enjeu est que le projet d’ADEO soit suffisamment clair, incarné et porteur de sens pour donner envie aux équipes de s’engager, de donner le meilleur d’elles-mêmes et de se sentir utiles dans leur vie au travail. Notre métier est au service de l’habitat, c’est loin d’être futile.

Mon deuxième enjeu est que le style de l’entreprise, c’est-à-dire la façon dont on fonctionne ensemble, soit orienté sur la qualité de la relation humaine et le grandissement des hommes. Car c’est ça qui donne de l’énergie et de l’envie.

Quelle importance accordes-tu à la maîtrise du Pitch dans ton quotidien et celui de tes équipes proches ?

Pour susciter l’engagement, il faut être compris ; et pour être compris, il faut être clair et précis. L’utilité du Pitch, c’est de savoir faire passer son message dans un temps court. Le fait est que l’attention est restreinte. On ne va pas forcément passer 1 heure à écouter le boss qui va nous expliquer le projet d’entreprise, il faut que ça capte notre attention en quelques phrases.

L’année dernière, nous vous avons aidés à organiser une rencontre internationale, « We Make It Happen », retransmise en direct aux 120 000 collaborateurs. C’était quoi l’enjeu de cet événement ?

L’idée était d’incarner notre transformation au travers d’équipes déjà en mouvement et de leur donner la parole sur scène. Traditionnellement, dans ces conventions, ce sont les dirigeants qui viennent faire des démonstrations stratégiques, ou alors des intervenants extérieurs – grands sportifs, témoins ou explorateurs. Je voulais quelque chose de différent. Alors on a sélectionné 40 projets qui étaient représentatifs de ce qui est en train de se passer dans nos entreprises partout dans le monde. Et on a demandé à ceux qui les ont concrètement portés de nous les raconter dans un format Pitch, très court, pour donner envie à tous nos collaborateurs de faire comme eux. Je voulais que cette nouvelle manière de raconter les projets incarne l’agilité dont on a besoin et le nouveau monde dans lequel on va s’inscrire.

Quel a été l’accueil de ce format Pitch par les équipes qui montaient sur scène ?

Alors, il faut savoir que lorsque vous expliquez à celui qui pitche qu’il ne va parler que 5 minutes, ça ne passe pas tout de suite très bien. On m’a souvent dit : « 5 minutes, c’est trop court, le projet mérite mieux que ça. ». Après, ils ont accepté de jouer le jeu et de faire confiance. C’est là que votre accompagnement a son importance, avec votre méthode qui est précise et qui a su rassurer. Et puis après il y a le coaching, une vraie dynamique de feedback et d’apprentissage qui nous fait progresser. Ils ont vu que ça donnait un message plus fort et plus consistant.

« We Make It Happen » est un événement qui a donné la parole en priorité aux équipes terrain, qu’est-ce que ça change ?

C’est très puissant ! Quand les équipes des magasins viennent témoigner, cela incarne que nous sommes 120 000 leaders. Quand tu vois que des hôtesses service client ou des conseillers de vente montent sur scène et s’expriment aussi aisément devant un public de dirigeants, c’est juste bluffant. Tu découvres qu’il y a des talents cachés chez tout le monde et que notre métier de manager est de révéler ces talents.

Le public a vraiment aimé ce format. C’était nouveau, et il a aimé que ce ne soit pas des dirigeants ou des « sachants » qui expliquent la stratégie, mais plutôt des pairs, des gens de leurs équipes, qui expliquent ce qu’ils ont fait. Et ça donne envie aux autres de le faire.

Qu’est-ce que « We Make It Happen » a changé pour ceux qui sont montés sur scène ?

C’est difficile de parler à leur place, mais ce que j’ai vu dans leurs yeux, c’est d’abord une grande fierté, d’avoir été sélectionnés, d’avoir vaincu leur peur, d’être montés sur scène et d’avoir réussi à convaincre. C’est très humain tout ça, ils ont grandi, tout simplement.

Quel est ton retour d’expérience post-événement ?

Cet événement a permis de comprendre que la transformation était en route, une réalité de ter- rain qui avait besoin d’être identifiée et déployée à l’échelle industrielle.

Beaucoup de projets ont fait des petits avec cette journée. J’ai visité un magasin cet été où le directeur avait vu l’un des Pitchs de la journée en vidéo et qui a, de lui-même, pris les contacts pour faire la même chose chez lui. Sans rien demander à personne, il a vu une idée intéressante et il se l’est appropriée. C’est ça le leadership que je veux développer. Tout n’a pas été démultiplié partout, mais les projets ont fait des petits. Et en tant que leader d’entreprise, quand tu organises un événement d’entreprise comme celui-là, c’est exactement ce que tu attends.

As-tu un souvenir marquant de cet événement ?

À la fin de la journée, je me souviens m’être dit : « Philippe, le message est passé ! », Je pense que le but a été atteint. Ce qui s’est passé n’était ni banal, ni gagné à l’avance. Le travail des 40 intervenants pour construire leur Pitch a été énorme, c’était beaucoup de don de chacun et pour un super résultat. Alors forcément, c’est touchant et c’est émouvant.

Pour finir, en quoi le Pitch peut-il être utile pour les prochains enjeux d’ADEO ?

Plus nous serons nombreux à savoir transmettre nos idées de façon claire et concise, plus on gagnera en agilité dans le déploiement de nos projets. C’est un axe de progression que nous travaillons avec l’ensemble de nos équipes.

A propos de Sébastien Bernard

Créateur, avec Bruno CLÉMENT, de la méthode HUBSTORY®, il supervise tous les aspects liés au storytelling. Son approche de la prise de parole conduit au développement d’un leadership naturel fondé sur la sincérité, l’affirmation de soi et l’attention porté aux autres.

Share This