Aller au contenu
Pitch, storytelling, design et leadership : Le meilleur de l'actualité par ZePresenters logo

Oui, votre corps nous dit des choses !

Plus la communication est contrôlée d’un côté, plus elle est décryptée de l’autre ! Le résultat, nous le voyons tous les jours : une dévalorisation dangereuse de la parole de nos responsables et de nos dirigeants. Comment éviter cet écueil et sortir de ce cercle vicieux ?

Dans une prise de parole il y a ce que l’on dit… et tout ce que l’on ne dit pas. Le contrôle du verbal est commun, on fait tous en permanence attention à ce que l’on dit et à la manière dont on le dit. Mais le contrôle du non-verbal est autrement plus compliqué. Il est toujours impressionnant de découvrir ce que l’on peut faire dire à nos gestes et à notre voix. Cela conduit à un réflexe nocif qui consiste à éliminer le non-verbal et à créer des orateurs désincarnés, qui ne transmettent plus que des mots que l’on n’écoute pas et des phrases qui ne touchent personne.

Mais ils n’échappent pas à l’analyse. Et il y a toujours des choses à dire… Alors on passe au crible la position de leurs mains, leur regard, leur port de tête… Mais à force de faire parler le non-dit, on peut lui faire dire n’importe quoi. C’est le danger de la sur-interprétation. C’est une chose de repérer un message non-verbal, s’en est une autre de lui donner un sens et une origine. Lorsque l’orateur semble incertain ou nerveux parce qu’il a le regard fuyant et les mains tremblantes, doute-t-il de son message ou de l’accueil qui lui sera réservé ? Est-il en train de mentir ou subit-il la pression d’un exercice redouté ? Malgré l’aplomb ne nombreux analystes, il ne faut pas oublier qu’il est généralement impossible de trancher.

Il n’y a qu’un moyen d’arrêter ce cercle vicieux : la sincérité ! C’est terrible d’avoir le sentiment d’être mièvre en affirmant que lorsque l’on prend la parole en public, on doit s’exprimer avec sincérité. Cela ne signifie pas que l’on doit tout dire, tout le temps et à tout le monde ! Cela ne signifie même pas que l’on dit tout le temps la vérité. On est sincère lorsque l’on croit à ce que l’on dit, lorsque c’est important de le dire, lorsque c’est la meilleure chose à dire.

Être sincère ne veut pas dire que l’on a raison ou que notre idée est meilleure. Être sincère, c’est avoir envie de défendre un projet, avec ses forces et ses faiblesses. Le non-verbal n’est pas là pour vous trahir, il est comme un porte voix qui amplifie votre propos et réchauffe votre pensée. C’est pour cela que nos outils ont vocation à amener de la structure et de la technique autour d’un orateur qui, avant tout, a un message sincère à transmettre. Parce qu’on ne vous en voudra jamais d’avoir du tact et de savoir dire les choses. On verra peut-être que vous n’êtes pas à l’aise ou que vous n’êtes pas content, mais on verra aussi que ce que vous dîtes est important pour vous, alors ça deviendra important pour les autres.

A propos de Sébastien Bernard

Créateur, avec Bruno CLÉMENT, de la méthode HUBSTORY®, il supervise tous les aspects liés au storytelling. Son approche de la prise de parole conduit au développement d’un leadership naturel fondé sur la sincérité, l’affirmation de soi et l’attention porté aux autres.

Share This