Aller au contenu
Pitch, storytelling, design et leadership : Le meilleur de l'actualité par ZePresenters logo

Les limites du pitch en entreprise

Le Pitch est présent sur toutes les lèvres pourtant il n’est pas la solution à tout.

Avant toute chose, il faudrait s’en doute se demander ce qu’est un pitch ? Une prise de parole courte qui donne envie à l’auditoire d’en savoir plus ? Un moyen de fédérer les équipes et de faire avancer un projet ? Autrement dit, un outil de communication pour créer du leadership ? A cela, s’ajoute la question du timing, à quel moment intervient le pitch ? Si l’auditoire est déjà conquis, est-ce que le pitch est le format approprié ? Avant toute prise de parole en public, il est nécessaire de savoir exactement quel est notre objectif.

 Après mûres réflexions, il est venu le moment de se poser une question : Le pitch a-t-il ses limites ? Dans quel cas, le pitch n’est pas l’outil de communication dont j’ai besoin ?

 

« C’est quoi le pitch ? ». Rare sont les personnes qui, en entreprise, n’ont jamais entendu cette question. Car oui, depuis une vingtaine d’année le pitch est devenu un outil de communication puissant. À la fois simple et structurant, il permet d’exprimer clairement ses idées pour les rendre désirables en toute circonstance.

Il n’est donc pas étonnant que le pitch soit aujourd’hui omniprésent dans nos vies personnelles et professionnelles. Mais peut-on réellement tout faire avec ? Y a-t-il des limites à son utilisation ?

En entreprise, le pitch est un outil de travail clef auquel il est important de se former. Mais comme tout outil, le pitch à ses propres limites, le connaitre c’est aussi savoir modérer son utilisation pour renforcer son impact.

 

1ère limite : Lorsque créer le désir n’est pas approprié

Le pitch est un outil formidable pour créer le désir de votre idée ou de votre projet. Seulement, donner l’envie d’en savoir plus n’est pas approprié à toutes les situations.

Prenons l’exemple d’un manager qui doit faire un choix dans l’urgence pour son entreprise. Ayant à sa portée de nombreux documents à lire en un temps très court, il demande à son équipe une synthèse. Un pitch, aussi bien réalisé soit-il, lui donnera au mieux, envie de lire toute cette documentation. Bien loin du résultat attendu…

 Dans ce cas précisément, un résumé sera beaucoup plus adapté pour lui permettre de prendre une décision rapide et éclairée. Pitch et résumé sont deux outils clairement différents. Le pitch renvoie une image partielle et idéalisée du projet. Alors que le résumé se doit, au contraire, d’être neutre et exhaustif.

 

2ème limite : Lorsqu’une prise de parole courte n’est pas appropriée

 Un pitch impactant est un pitch court. Pour une bonne raison : si vous voulez créer des ambassadeurs pour votre projet, votre idée doit être facile à répéter et diffuser. Mais dans certains contextes, il ne s’agit plus d’être synthétique. Certains moments nécessitent plus de temps, plus d’écoute, plus de sensibilité…

Les différentes interventions du Président au sujet du Covid-19 en sont l’exemple même. Il intervient afin d’expliquer la situation à la France. Afin d’exprimer les enjeux, ses convictions, sa compréhension face aux l’inquiétudes légitimes. Dans ce contexte, il est possible d’utiliser les techniques de pitch afin de donner envie. L’envie d’être solidaire, d’être patient, d’être compréhensif… mais personne ne comprendrait que le Président ne prenne pas le temps de le faire.

L’objectif de cette prise de parole est alors de rassurer, de solidariser, de responsabiliser les citoyens. Le pitch n’est donc pas de rigueur dans les contextes sensibles.

 

3ème limite : Lorsque votre public a déjà envie d’en savoir plus

Le pitch est un exercice puissant pour engager, mais ce n’est que la première étape. Dès que votre public est séduit, il est nécessaire d’apporter des éléments qui concrétisent véritablement votre projet.

Souvent, le pitch est associé à l’exercice de la vente. Mais e métier de vendeur va bien au-delà : il faut transformer cette envie, négocier, alimenter la relation, identifier les besoins… Et pour cela, il est nécessaire d’argumenter, de montrer les bénéfices, d’apporter les bons KPI’s.

 

Donc si votre public a déjà envie d’en savoir plus, le pitch ne vous servira à rien. Bien au contraire, il peut donner l’impression que vous êtes très fort pour donner envie mais que vous n’avez rien de concret à proposer.

 

A propos de Elisa Delaveaux

StoryManager et formatrice certifiée HUBSTORY, Elisa accompagne de nombreuses entreprises pour transformer leurs stratégies en des histoires claires, inspirantes et incarnées. Sa devise : “ Le bonheur n’est pas d’avoir ce que l’on désire mais d’apprécier ce que l’on a “ (Paulo Coelho)

Share This