Aller au contenu
Pitch, storytelling, design et leadership : Le meilleur de l'actualité par ZePresenters logo

Le remède anti feuille blanche en 4 étapes !

Votre présentation approche à grands pas et vous n’avez toujours aucune idée de la manière dont vous allez vous y prendre. Après avoir procrastiné pendant des semaines, vous vous attelez enfin à la tâche. Mais le syndrome de la slide blanche vous saisit : les idées se multiplient et vous devenez incapable de hiérarchiser et d’ordonner tout ce que vous avez à dire… par où commencer ? Voici les 4 étapes qui vont vous aider à vaincre le syndrome de la slide blanche.

1 – L’idée d’abord
L’erreur est de vouloir commencer par le début. Cela peut sembler contre intuitif mais il est très compliqué, voir assez incohérent de construire une histoire à partir du début. La première question qu’il faut vous poser est : « c’est quoi l’idée ? ». Indépendamment de l’enjeu et de la nature du public, si vous prenez la parole c’est qu’il y a une idée à défendre. Alors, c’est quoi l’idée ? Et qu’est-ce qu’elle va changer pour ceux qui vous écoutent ? La réponse à ces deux questions est ce que nous appelons la Promesse de changement. Plus votre Promesse sera claire, plus vous serez en mesure de construire une histoire solide et cohérente que vous aurez plaisir à raconter.

2 – Le début ensuite
Une fois que votre Promesse est prête, vous pouvez alors faire marche arrière et composer votre introduction. Le début est important car vous allez devoir capter l’écoute et l’intérêt d’un public qui est souvent dissipé par le papotage, les emails et les réseaux sociaux. Démarrez fort, allez au contact de votre public pour qu’il vous accorde son attention. L’objectif est d’en venir le plus vite possible aux problèmes que vous vous proposez de résoudre avec votre idée et à ce qui est en jeu si l’on n’y parvient pas. Ainsi, vous construirez l’introduction parfaite pour mettre en valeur votre idée. Vous avez maintenant un Pitch conçu pour rendre votre idée désirable.

3 – L’argumentation après
Avoir un Pitch efficace est une étape importante, mais ce n’est pas suffisant. Votre idée va résoudre des problèmes, c’est formidable ! Mais elle va aussi générer des résistances et vous devez leur apporter une réponse. Il est normal de ne pas aimer que l’on vous résiste. C’est pourtant ce qui va mettre du sel dans votre histoire. Chaque résistance devient alors une péripétie qui vous permet de rappeler les enjeux, de mettre en valeur votre argumentation et de rappeler les avantages liés à votre approche.

4- La fin enfin !
N’oubliez jamais d’employer l’expression magique « en conclusion » qui annonce la fin de votre présentation et qui va vous apporter un regain d’attention complémentaire. C’est alors le moment d’ancrer définitivement dans l’esprit de votre public l’objectif que vous visez et les bénéfices du changement que votre idée va provoquer. Il ne vous reste plus qu’à ajouter le mot de l25a fin en racontant que tout cela n’est que le début d’une belle aventure dans laquelle votre public a un rôle à jouer.

Mine de rien, alors que vous ne saviez pas par où commencer, vous voilà donc avec toute la structure de votre présentation entre les mains. Alors la prochaine fois que vous n’arrivez pas à avancer, n’oubliez pas de vous demander : au fait, c’est quoi l’idée ?

A propos de Constance Toulemonde

Storymanager et formatrice certifiée Hubstory, elle accompagne de nombreuses entreprises en conseil stratégique pour transformer leurs stratégies en des histoires claires, inspirantes et incarnées. Son motto: inspirer les autres à inspirer les autres.

Share This