Aller au contenu
Pitch, storytelling, design et leadership : Le meilleur de l'actualité par ZePresenters logo

Comment présenter à une salle pleine ?

La semaine dernière, nous vous donnions 3 conseils pour faire face à la déception d’une salle vide et embarquer malgré tout la poignée de courageux présents.

Aujourd’hui, grâce aux conseils que vous lisez tous les jeudis, la donne a changé : depuis votre première intervention, votre projet a fait des petits. Les quelques premiers fans que vous avez su embarquer ont fait parler de votre idée et vous voilà donc prêt à réaliser votre rêve : une véritable « keynote » à la Steve Jobs, avec un public digne de ce nom.

Seulement voilà, le jour J arrive et alors que vous répétez tranquillement en coulisses, vous voyez la salle qui se remplit. Vous avez beau en avoir rêvé, vous n’aviez jamais anticipé autant de monde… Pris d’un sentiment de panique, vous prenez une fois de plus la bonne décision, et appelez votre storymanager préféré à la rescousse. Il vous fait alors part de ses 3 conseils de pro pour faire face au « trac de la salle pleine » :

 

  1. RES-PI-REZ !

Ce premier conseil peut paraître anodin mais c’est pourtant la première chose qu’un orateur stressé oublie. Car oui, à l’heure actuelle, vous êtes particulièrement stressé, et les symptômes incluent, entre autres, rythme cardiaque qui s’accélère, difficulté à respirer, mains moites, jambes tremblantes, bouche sèche, etc. Le seul moyen pour vous calmer et de recourir à la respiration ventrale. Prenez donc quelques minutes pour respirer et vous ressourcer, en attendant patiemment que l’on vous appelle. À l’appel de votre nom, vous aurez de nouveau droit à un pic d’adrénaline, qui tentera de vous faire perdre vos moyens. Le premier réflexe est généralement d’enchaîner et de parler très vite, ce qui donne l’impression que l’orateur est en apnée. Là encore, apaisez-vous. La scène est grande, profitez des quelques pas qui vous amènent face au public pour prendre 3 grandes respirations avant de démarrer.

 

  1. START STRONG !

Vous voilà donc sur scène, en place. Vous avez bien pris le temps de respirer et vous êtes prêt à dégainer vos premiers mots. Si commencer n’est jamais simple, il est important d’être précis sur votre démarrage, c’est à la fois ce qui va vous rassurer et capter l’écoute de votre public. Évitez le blabla et les « bonjours » confus. En revanche, faites le choix d’une connexion forte : interpellez votre public, racontez une anecdote, proposez une interaction. Bref, entrez rapidement dans le vif du sujet. Une astuce est de connaître ce démarrage par cœur, pour avoir d’emblée un impact. Quand vous aurez fini votre phrase d’accroche, les effets du pic d’adrénaline auront commencé à s’estomper et vous aurez posé les bases d’une relation équilibrée avec votre public.

 

  1. PARLEZ À CHACUN

Face à une salle pleine, le réflexe est d’essayer de parler à tout le monde. Comme on vous l’a appris à l’école, vous balayez la salle de gauche à droite sans jamais pour autant accrocher un regard. Mais ça ne trompe personne, le public sent quand l’orateur est en train de lui parler ou quand il fait semblant. Un autre conseil absurde que l’on entend souvent est d’imaginer votre auditoire tout nu… Mais on ne créé pas une relation riche et bienveillante avec un public qu’on cherche volontairement à dégrader pour se sentir mieux.

Partez donc du principe que pour tenir une salle pleine, il va vous falloir faire comme si vous deviez tenir une salle vide. C’est-à-dire que le sujet n’est pas de parler à tout le monde mais de parler à chacun, afin de créer une véritable relation avec votre auditoire. Pour ce faire, passez une fois de plus « en mode conversation » ! Allez chercher votre public, posez-lui des questions, générez des interactions qui auront l’avantage d’installer un climat où vous serez plus serein.

 

Au moment de raccrocher, votre storymanager vous fait part d’une dernière remarque : entre salle pleine et salle vide, il semblerait que vous ne seriez jamais content ! En y réfléchissant, il est vrai que les situations ont leurs avantages et inconvénients et génèrent du stress comme des frustrations. Mais quelles que soient les circonstances, prenez du recul et revenez toujours à l’essentiel : Soyez clair sur votre message clé et la raison de votre présence, et surtout, prenez soin de votre public. Allez, respirez un bon coup, it’s show time !

 

A propos de Constance Toulemonde

Storymanager et formatrice certifiée Hubstory, elle accompagne de nombreuses entreprises en conseil stratégique pour transformer leurs stratégies en des histoires claires, inspirantes et incarnées. Son motto: inspirer les autres à inspirer les autres.

Share This