Aller au contenu
Pitch, storytelling, design et leadership : Le meilleur de l'actualité par ZePresenters logo

Comment ne pas perdre votre public ?

Vous avez probablement lu plein de conseils, y compris les nôtres, pour maintenir l’attention de votre public sur toute la durée de votre présentation. Vous avez pu lire « comment structurer son propos ?», ou encore « comment capter l’attention ?». Une chose est sure, on vous montre souvent la voie de ce qu’il faut faire, mais il est parfois important de connaitre les pièges à éviter pour ne pas perdre son public. Voici 3 conseils pour ne pas tuer votre propre présentation.

Arrêter de tout montrer

Lorsque l’on présente, on a tendance à vouloir tout montrer d’un seul coup pour être exhaustif. Or, lancer toutes ces informations revient à jeter plusieurs balles de jonglage à quelqu’un. Il va être capable d’en rattraper une, peut être deux, mais surement pas l’ensemble des balles. Il en est de même avec vos slides. Le public saisira quelques infos, celles qui l’intéresse le plus, avant de décrocher rapidement de votre histoire.

Pour éviter de perdre votre public, soigner vos slides et vos transitions 

Ne mettez pas toutes les informations sur vos slides mais seulement celles qui sont clés. Dès que vous avez défini les informations clés que vous souhaitez montrer, n’affichez pas tous d’un seul coup, pensez à les égrainer au fur et à mesure grâce aux animations. Comme dans une histoire, travailler vos transitions idées après idées. En lançant une balle, puis une 2ème, puis une 3ème, vous prenez les rênes de votre présentation en tenant en haleine votre public qui n’attend qu’une chose connaitre la suite.

Arrêter avec les sommaires

 Mais pour connaitre la suite il ne faut pas lui avoir tout raconter dès le début. À ce sujet, l’un des écueils les plus répandu est l’utilisation du sommaire. Un sommaire a sa place sur une présentation que vous envoyé, mais pas sur des slides qui sont faites pour accompagner le propos de l’orateur. C’est comme si vous alliez voir un film et que l’on vous disait avant qu’il commence : « Alors rapidement, vous allez voir au début il y a une famille, après elle se fait kidnapper, et à la fin on la retrouve saine et sauve. Maintenant, je vais vous raconter l’histoire ». Pas la peine, on la connait déjà !

Pour éviter de perdre votre public, suivez le fil de l’histoire

Premier conseil, évitez de faire des bonds dans le temps : « Comme je vous l’ai dit précédemment… » ou encore pire « Comme vous le verrez dans la prochaine partie… ». Une histoire est un enchainement de liens de cause à effet. Faire des bons en arrière ou en avant ne fait qu’ajouter de la confusion. Autre point important, ne racontez pas la fin dès le début. Sinon votre public n’aura plus aucun intérêt à vous écouter. Pour Andrew Stanton, vous savez que vous racontez une histoire lorsque le public accepte de vous écouter sans savoir où vous allez en venir. C’est ça le storytelling. Si cette condition-là se produit c’est que vous êtes en train de raconter une histoire. Car raconter une histoire c’est entrainer son public dans une dynamique où même s’il ne sait pas ce qu’il va se passer, il vous écoute.

Arrêter de polluer votre discours 

Beaucoup de personnes plombe leur présentation dès leur connexion. Ils veulent commencer par une anecdote mais ils ne peuvent pas s’empêcher de rajouter des couches d’informations inutiles avant de commencer. « Avant de raconter l’anecdote, comme vous le savez, je vais vous présenter le bilan de l’année passée… ». Vous vous polluez tout seul en cassant le rythme de votre histoire et en racontant ce que vous allez faire, au lieu de le faire.

Pour éviter de perdre votre public, ne polluez pas votre propre discours

N’essayez pas de préparer le terrain en racontant que vous allez faire une blague. Assumez de commencer directement par une question ou une histoire vécue cela embarquera directement votre public dans votre récit. Enfin, évitez à tout prix de réduire ce que vous dites : « Une petite anecdote… », « On a essayé de… », « On espère que… ». Vous pensez avoir l’air humble, mais le public va simplement douter de votre capacité à gérer ce projet. Affirmez et n’ayez pas peur de prendre des positions, soyez fier du projet que vous portez.

Cela dit, nous espérons grandement avoir eu plaisir à lire ce petit et humble ZE Conseil :)

 

A propos de Elisa Delaveaux

StoryManager et formatrice certifiée HUBSTORY, Elisa accompagne de nombreuses entreprises pour transformer leurs stratégies en des histoires claires, inspirantes et incarnées. Sa devise : “ Le bonheur n’est pas d’avoir ce que l’on désire mais d’apprécier ce que l’on a “ (Paulo Coelho)

Share This