Aller au contenu
Pitch, storytelling, design et leadership : Le meilleur de l'actualité par ZePresenters logo

Au secours, on me pose des questions!

Ça y est, vous êtes venu à bout de votre présentation ! Et vous êtes même plutôt satisfait de ce que vous avez délivré. Mais quelque chose vient couper votre sensation de plénitude : la phase des questions approche… et elle vous angoisse !

Depuis l’école primaire, lorsque l’on prend la parole en public, c’est pour être jugé et évalué. Il n’est pas illogique que l’angoisse qui vous serrait le ventre à l’époque se réveille aujourd’hui quand vient le moment des questions. Mais vous n’êtes plus un élève ! Pour vous aider à surmonter ce moment stressant, voici 2 prises de consciences et 3 étapes pour structurer votre réponse de façon claire et pertinente !

On inspire, on expire, on inspire, on expire … Vous êtes prêts ? On commence !

 

Avant toute chose, prenez quelques secondes de réflexion…

Pour aborder plus sereinement la phase des questions/réponses, ayez bien en tête 2 idées :

1 – Vous avez le droit de ne pas savoir. Vous n’êtes plus à l’école. Evidemment vous rendez régulièrement des comptes, mais ce n’est pas en vous mettant dans la posture du bon élève que vous rassurerez vos collègues et vos clients. Votre métier ne consiste pas à savoir répondre à tout mais à savoir être utile pour ceux avec qui vous êtes en interaction. Parfois cela revient à savoir des choses que les autres ignorent et il ne sera pas compliqué de leur répondre. Mais dans d’autres cas, il suffit de savoir où chercher l’information et de ne pas oublier de revenir plus tard vers ceux qui vous ont interrogé.

Vous croiserez toujours de temps en temps des petits malins qui chercheront à vous piéger. Mais c’est principalement parce que vous vous serez mis en posture d’être jugé et qu’ils auront envie de jouer avec cela.

2 – Les questions sont une bonne nouvelle. Dans tous les autres cas, vous avez tout intérêt à accueillir les questions positivement car elles sont une bonne nouvelle ! Cela veut dire que vous avez réussi à capter l’attention de votre audience et qu’elle souhaite échanger avec vous. Si votre présentation se transforme en conversation c’est une aubaine, vous avez devant vous un boulevard pour ancrer les bénéfices de votre promesse de changement. Les questions sont souvent de formidables opportunités d’approfondir votre propos et d’amener des arguments qui ne figureraient pas initialement dans votre présentation.

 

… puis construisez votre réponse de manière méthodique 

Une fois que vous avez accueilli la question, nous vous conseillons ne construire la réponse avec la boucle narrative du HUBSTORY, qui est constituée de 3 étapes : Enjeux, Action et Conséquence.

1 – Enjeu 

L’enjeu d’une question ne repose pas sur votre capacité à y répondre. Il consiste plutôt à réussir à identifier pourquoi votre interlocuteur vous l’a posé. Une même question posée par deux personnes différentes n’aura pas le même contexte, pas le même objectif et n’aura donc pas la même réponse. Si vous n’y prenez pas garde, vous répondrez peut-être « techniquement » à la question, mais vous ne répondrez pas vraiment à ce qui inquiète celui qui vous la pose.

N’hésitez donc pas à poser des questions à votre tour et à confirmer que vous avez bien compris. Questionnement et reformulation vous aideront à y voir plus clair et à ne pas vous tromper de réponse.

 

2 – Action 

Une fois que l’enjeu est clairement identifié, tout devient plus facile : soit vous savez répondre, soit vous ne savez pas. Dans le premier cas, n’oubliez pas qu’en répondant, l’objectif n’est pas d’avoir une bonne note mais de vous assurer que votre interlocuteur a compris. Pensez également à prendre en compte l’ensemble du public car il n’est pas impossible que d’autres aient eu la même question sans avoir osé la poser.

Si vous ignorez la réponse c’est également une bonne nouvelle. Cela signifie que vous l’avez oublié ou que vous n’avez jamais eu à le savoir. En cherchant la réponse vous approfondirez vos connaissances et en l’apportant plus tard à votre interlocuteur, vous aurez l’occasion d’alimenter la relation tout en soulignant votre fiabilité et votre intérêt pour le sujet.

3 – Conséquence  

Pour que votre réponse percute plus efficacement votre interlocuteur, elle doit avoir des conséquences pour lui. Pensez à donner quelques exemples de mise en pratique, des choses qui ne seront plus faites de la même manière. Plus vous projetterez, votre public dans le futur, plus il s’en souviendra et plus il pourra concrètement utiliser votre réponse. Vous n’apparaitrez plus comme quelqu’un qui a réponse à tout mais comme quelqu’un qui sait à quoi peuvent servir ses réponses et qui sait les utiliser pour changer les choses.

Alors évidemment, il y aura toujours quelqu’un pour chahuter un peu votre projet. Mais ces personnes sont finalement bénéfiques à votre prise de parole. Elles permettent de révéler que vous êtes prêts et que vous n’êtes pas là pour vous défendre mais pour défendre vos idées.

A propos de Mégane Cajot

Mégane a vécu sa première expérience du Pitch en se prêtant à l'exercice lors de la première édition de VivaTechnology en 2016. Par la suite, ses différentes expériences dans l'écostystème des startups d'EURATECHNOLOGIES, lui ont fait prendre conscience que ce qui l'anime c'est de soutenir et accompagner les porteurs de projets. Après plus d'un an chez PUBLICIS et une expérience internationale pour découvrir le monde, elle est revenue en France avec une forte envie de partager tout son savoir en continuant d'apprendre de ceux qu'elles rencontrent. Déterminée à faire de sa passion son métier, elle rejoint ZEPRESENTERS en 2019. Travaillant en binôme avec les fondateurs Bruno CLEMENT et Sébastien BERNARD, elle a déjà travaillé sur de nombreux projets avec TF1, ADEO ou RABOT DUTILLEUL. Sa mission : vous aider à transfortmer des stratégies complexes en des histoires claires, inspirantes et incarnées. Son motto : Se lancer, c'est déjà un premier pas vers la réussite.

Share This