Aller au contenu
Pitch, storytelling, design et leadership : Le meilleur de l'actualité par ZePresenters logo

Au secours, je dois remplacer quelqu’un

Un de vos collègues n’est plus disponible pour la prochaine convention ! Panique à bord. C’est vous qui êtes désigné pour  le remplacer. Comment faire de ce cadeau empoisonné une opportunité pour muscler votre parole et votre leadership ? Comme au théâtre, lorsque l’on doit changer un acteur, vous allez pouvoir organiser votre travail d’appropriation autour de trois dimensions : la narration, la mise en scène et l’interprétation.

Nous allons vous aider à réussir ce nouveau challenge. Au programme, transmission et passation pour assurer la réussite de cette prise de parole.

 

Dans quelques jours se déroule le séminaire annuel. Problème : une des personnes qui devait intervenir lors de la 2ème matinée ne pourra finalement pas être présente ce jour-là. Ni une, ni deux, tous les regards se tournent vers vous ; vous allez devoir la remplacer. Et vous qui pensiez rester tranquillement assis pendant 2 jours… Vous voilà subitement propulsé sur le devant de la scène et vous n’avez que quelques jours pour vous préparer.

Cette situation vous est peut-être inconnu. Tant mieux, me direz-vous ! Car, en entreprise, il n’est pas rare de faire face à quelques aléas quant à la prise de parole. Un projecteur en panne, un Power Point qui a subitement disparu, un public presque inexistant, voire même, un orateur qui vous plante ! Comment faire si on est le remplaçant ? Par où commencer ? Respirez profondément et lisez attentivement ce conseil, nous répondons à vos questions.

 

Par où commencer ?

Vous voilà au pied du mur et pas forcément dans les meilleures conditions. La première étape consiste à assumer. Il n’est plus temps de nourrir du ressentiment, mais de s’approprier les paroles de Shakespeare : “ce que tu ne peux éviter, embrasse-le”.

Ce n’est pas anodin de remplacer quelqu’un : que l’on vous ait mis en difficulté ou pas, c’est vous qui serez sur scène. Le public pourra être compréhensif, mais il sera rarement indulgent. Après tout, l’auditoire n’y est pour rien. Son temps est précieux et si vous acceptez de présenter, il faut aller au bout de la responsabilité qui vous incombe.

Pour mieux comprendre les enjeux et les actions de chacun, faisons le parallèle avec une pièce de théâtre. Après tout, il est fréquent d’avoir à remplacer un acteur et l’analogie avec une présentation fonctionne plutôt bien.

Une pièce de théâtre est composée de trois dimensions : la narration, la mise en scène et l’interprétation. Sur chacun de ces aspects vous pourrez avoir une exigence, mais vous aurez aussi un responsabilité.

 

  • La narration : le passage de témoin du remplacé

Si nous reprenons l’exemple de la pièce de théâtre, la narration est le territoire de l’auteur : comment est construite l’histoire et comment chaque étape importante nous amène du début à la fin de l’histoire ? C’est en général la responsabilité  de l’orateur que vous remplacez d’être clair sur la structure, non pas de la pièce, mais de la présentation. Ce passage de relais ne peut pas se limiter à l’envoi d’une présentation PowerPoint. C’est comme de demander à un acteur  de se préparer à jouer dans un pièce en lui envoyant seulement les plans du décor !

Vous avez besoin d’avoir une vision claire du projet et de ce qu’il va changer pour l’auditoire. Dans un premier temps, l’orateur remplacé devra vous expliquer et vous transmettre de manière claire l’idée de son projet. À l’image du Pitch, vous devrez le soumettre à la question :  c’est quoi l’idée ?  Quels sont les éléments qui rendent ce projet unique ? Et que propose-t-il concrètement à travers cette idée ? Il pourra ainsi vous transmettre le coeur de message, la trace qu’il faudra laisser lors de la présentation..

Mais son travail ne s’arrête pas là. Il doit également vous partager la structure de son raisonnement, l’argumentation à maîtriser et l’ensemble des étapes importantes ; c’est ce que nous appelons le Storytelling. Quelles sont les résistances qui s’opposent au projet ? En quoi sont-elles légitimes ? Qu’est ce que l’on fait pour y répondre ? Qu’est ce que cela va leur apporter ? Dans l’idéal, l’orateur remplacé aura construit une trame narrative. Cette trame est le scénario de la présentation. Elle permet d’organiser les différentes idées et de faire les transitions entre chacune d’elle.

En étant à la fois claire sur l’idée et sur la structure de la présentation, vous aurez ainsi toutes les cartes en main pour vous approprier l’histoire et délivrer un message efficace qui laisse une trace forte.

 

  • La mise en scène : un travail d’adaptation du remplaçant

 Au théâtre, la mise en scène est le territoire du metteur en scène, ou tout au moins du regard extérieur qui reste garant du sens global et de l’objectif de l’événement. Cela peut être votre manager ou le responsable com en charge de l’événement. Là, vous allez pouvoir ajuster votre intervention en fonction des autres orateurs, de l’utilisation de l’espace scénique et de l’interaction avec le support de présentation..

Au prisme de notre méthode, le HUBSTORY®, c’est l’étape du Storydesign. Loin des planches, vous aurez à ajuster votre jeu d’orateur. À l’image d’un costume, vous ne devez pas changer le patron initial de la présentation, mais l’adapter à votre taille. Pour cela, il vous faut créer un costume sur mesure autour de la structure initiale. Ce costume peut, entre autres, comprendre un support visuel (photos, slides…). Cependant, attention à l’écueil de la présentation PowerPoint déjà prête. En effet, reprendre tel quel le support de l’orateur initial peut être dangereux, car les slides ne dépendent pas de votre propos, mais de la manière dont vous allez raconter l’histoire. N’hésitez pas à simplifier et insérer les contenus qui vont permettre d’amplifier le duo que vous allez former avec le support.

Finalement, une présentation construite de manière efficace est un costume sur mesure. Si vous êtes amené à remplacer quelqu’un il faut donc prendre le temps de re-dérouler cette présentation avec l’orateur initiale pour la remettre à votre taille.

 

  • L’interprétation : l’expression de votre sincérité et de votre engagement

Au-delà du support visuel, vous devez aussi et surtout adapter la manière de transmettre le message final à vos propres émotions et à votre propre personnalité. Vous devez incarner ce projet avec votre posture et vos sensations. Un orateur, n’est pas un acteur, mais il doit faire l’effort d’incarner son sujet.

Dans les étapes précédentes, vous avez recueilli les intentions de l’orateur précédent et de ceux qui l’avaient invité à parler. Maintenant il faut clarifier la votre. Se cacher derrière l’orateur précédent et en faire un prétexte à une préparation incomplète n’est pas satisfaisant. Pourquoi êtes-vous là ? Pourquoi cela fait sens pour vous ? Quel est votre avis ? Quelle trace souhaitez-vous laisser ? C’est ainsi que vous irez au bout du travail, en en faisant un moment où vous pourrez affirmer votre Leadership.

Le projet n’est pas le votre, il est même possible que vous soyez en désaccord avec certains de ses aspects. Vous avez parfaitement le droit d’exprimer des questions ou des doutes. En revanche, vous ne pouvez pas laisser le public douter de votre parole. En vous adaptant et en vous appropriant pleinement le sujet, votre objectif, au-delà de délivrer le message,  est de transmettre ce que vous avez de plus précieux : votre sincérité et votre engagement..

 

N’oublions pas ceux pour qui ce conseil arrive trop tard et qui ont été marqué par une prise de parole qui s’est mal passée Il vous reste à vous préparer pour votre prochaine intervention. Et la aussi, nous avons un conseil !

A propos de Elisa Delaveaux

StoryManager et formatrice certifiée HUBSTORY, Elisa accompagne de nombreuses entreprises pour transformer leurs stratégies en des histoires claires, inspirantes et incarnées. Sa devise : “ Le bonheur n’est pas d’avoir ce que l’on désire mais d’apprécier ce que l’on a “ (Paulo Coelho)

Share This