Aller au contenu
Pitch, storytelling, design et leadership : Le meilleur de l'actualité par ZePresenters logo

Au secours, j’ai trop de choses à dire.

Nous avons tous déjà assisté à des présentations trop longues, dont on n’a pas retenu grand-chose. Et pourtant, lorsque vient notre tour de se livrer à l’exercice, on a tendance à faire exactement ce que l’on reproche aux autres. Résultats : nos présentations sont aussi trop longues, avec quantité de détails inutiles sur fond de slides garnies de tableaux et de bullet points !
« Oui mais j’ai trop de choses à dire » ou encore « mes sujets sont plus compliqués » sont les excuses que l’on entend le plus souvent… Bien sûr que vos sujets sont complexes. Et, évidemment, il est très compliqué de faire simple. Mais si vous n’y arrivez pas, qui pourra le faire ? Les experts leaders ne se complaisent pas dans le complexe. Ils savent, au contraire, rendre leur expertise utile en la rendant simple et claire.

« Ils sont bien gentils ZEPRESENTERS, mais comment je fais moi, quand j’ai sincèrement trop de choses à dire ? ». D’abord, il faut être clair sur l’objectif de votre prise de parole. Pour vous aider à faire le tri, nous vous proposons 3 filtres qui vont vous permettre de séparer qui est intéressant, important et essentiel.

1er filtre : être clair sur « c’est quoi l’idée ? » 

C’est un filtre extrêmement puissant car c’est celui-là qui vous aide à recentrer et à essentialiser votre message. Chez ZEPRESENTERS c’est notre question phare ! Lorsque l’on travaille le fil narratif d’une présentation et que l’on se perd parmi tout ce que nos clients nous ont dit, notre réflexe c’est de revenir à la base : C’est quoi l’idée ?
C’est l’élément central de votre intervention, la raison d’être de votre prise de parole ! « C’est quoi l’idée ? » est exactement ce que se demande votre public quand il vous écoute. Il est de votre devoir d’orateur d’apporter une réponse inspirante, originale et concrète.
Chaque étape de votre discours doit pouvoir être synthétisé en une phrase simple. C’est ainsi que vous musclerez la structure de votre propos.

2ème filtre :  être clair sur ce que votre présentation doit changer.

Pour que votre parole soit utile, elle doit participer à changer ce que l’auditoire ressent, pense et fait. C’est ce changement qui va rendre votre présentation intéressante et qui vous permettra de vérifier que vous avez impact sur eux.
Prenez un peu de hauteur vis à vis de l’ensemble des sujets que vous voulez aborder. Pour chacun d’entre eux, demandez-vous ce qu’ils doivent participer à changer. Est-ce que cela change que qu’ils ressentent (rassurer, motiver, surprendre…), ce qu’ils pensent (je n’avais pas vu ça comme ça, c’est vrai qu’il faut qu’on bouge, on tient un bon projet…) et ce qu’ils feront (signer le contrat, déclencher une période d’essai, prendre rendez-vous, partager de nouvelles idées…).

3ème filtre : être clair sur le temps dont vous disposez

On ne cessera jamais de vous recommander de coller au timing. D’autant que la durée de votre présentation va influer sur votre objectif de présence :

  • Si vous n’avez que 5 minutes, inutile de vouloir raconter tout votre projet, vous n’en aurez pas le temps. Donnez à votre audience de quoi avoir envie d’en savoir plus.
  • Si vous avez 10 ou 15 minutes vous pourrez déjà aborder plus de sujets mais là encore vous ne pourrez pas TOUT dire. Identifiez les principales résistances que rencontre votre projet et traitez-les en priorité. Cela ne sert à rien de se perdre dans les détails quand des vrais sujets menacent l’adhésion à votre idée. Et pour pallier le manque de temps, préparez un document plus détaillé que vous laisserez à votre public.
  • Et si vous disposez de beaucoup plus de temps, méfiez-vous ! Vous risquez de tomber dans le piège du remplissage. Le temps que l’on vous accorde est précieux, prenez-en soin. Veillez à maintenir une structure qui favorise l’attention. Ce n’est pas parce que vous avez le temps qu’il faut être exhaustif ! Ne traitez que ce qui intéresse directement votre auditoire, quitte à utiliser le temps supplémentaire pour les faire travailler en atelier ou pour partager la parole avec des experts qui pourront approfondir des sujets spécifiques.

Il n’y a qu’à travers ces trois filtres que vous pourrez construire efficacement une présentation avec le juste niveau d’information et d’argumentation pour avoir l’effet escompté sur votre audience. Si vous ne le faites pas, vous continuerez à vous auto-persuader que vous n’avez pas le choix en vous disant :

  • « Oh, en parlant vite ça va passer ! » 

Dans ce cas, votre présentation ne sert à rien, car personne ne se souviendra de ce que vous aurez dit. Votre public ne parviendra pas à vous suivre car submergé d’informations. Et cela installera un sentiment de stress chez eux comme, chez vous. Dans cette situation, votre objectif n’est plus de partager votre idée mais de réussir à aller au bout. Et là, vous vous trompez d’objectif ! Rappelez-vous toujours de pourquoi vous êtes là, pourquoi vous avez pris la parole et pourquoi il est important que ces gens l’entendent. Votre idée est précieuse et elle mérite que vous la défendiez.

  • « Je me lance et on verra bien ! » 

Ici, vous risquez d’avoir un propos complètement décousu. Le temps qui passe trop vite va vous inciter à sauter d’une idée à une autre. Et vous devrez vous arrêter tôt au tard à un moment que vous ne maitrisez pas. Vous prenez le risque que les gens repartent avec une mauvaise compréhension de votre idée et/ou un a priori négatif que vous paierez plus tard. En agissant ainsi vous perdez le contrôle de la trace émotionnelle que vous allez laisser.

En synthèse, il est très frustrant de ne pas pouvoir dire tout ce que l’on à dire. D’autant que nos projets nous tiennent à cœur. Mais il ne tient qu’à vous de tout mettre en œuvre pour valoriser le moment où vous en parlez aux autres. Et votre premier souci est de prendre soin de votre idée et de ceux qui sont venus vous écouter.

 

A propos de Mégane Cajot

Mégane a vécu sa première expérience du Pitch en se prêtant à l'exercice lors de la première édition de VivaTechnology en 2016. Par la suite, ses différentes expériences dans l'écostystème des startups d'EURATECHNOLOGIES, lui ont fait prendre conscience que ce qui l'anime c'est de soutenir et accompagner les porteurs de projets. Après plus d'un an chez PUBLICIS et une expérience internationale pour découvrir le monde, elle est revenue en France avec une forte envie de partager tout son savoir en continuant d'apprendre de ceux qu'elles rencontrent. Déterminée à faire de sa passion son métier, elle rejoint ZEPRESENTERS en 2019. Travaillant en binôme avec les fondateurs Bruno CLEMENT et Sébastien BERNARD, elle a déjà travaillé sur de nombreux projets avec TF1, ADEO ou RABOT DUTILLEUL. Sa mission : vous aider à transfortmer des stratégies complexes en des histoires claires, inspirantes et incarnées. Son motto : Se lancer, c'est déjà un premier pas vers la réussite.

Share This