Aller au contenu
Pitch, storytelling, design et leadership : Le meilleur de l'actualité par ZePresenters logo

Au secours, j’ai peur du public !

Un des conseils qui a la dent dure est le fameux « Imagine que ton public est nu ! ». L’intention est bonne, mais le conseil est clairement inutile. Déjà il n’est pas forcément agréable d’imaginer tout le monde tout nu. Mais surtout, il ne paraît pas sérieux de penser que l’on va progresser en affaiblissant (même par la pensée) les autres. Et si vous avez l’impression que ce conseil vous a fait du bien, cela interroge le style de relation que vous alimentez avec votre public.

À l’oral, la performance ne consiste pas à avoir l’air à l’aise, ou à réussir à imposer son point de vue au public. Le seul vrai critère de performance est la confiance. Cela ne sert à rien de parler si les gens ne font pas confiance à ce que vous dîtes. Et cela ne sert à rien de leur demander de se mettre en mouvement s’ils ne font pas confiance en votre motivation. Le meilleur moyen de conquérir la confiance, c’est d’abord de faire confiance à ceux qui vous écoutent.

Pas la peine donc de mettre à nu votre auditoire. Essayons plutôt de comprendre cette peur pour instaurer, au cours de vos prochaines interventions, une relation plus sereine avec votre public.

 

La peur du regard des autres

Les critiques sont de plus en plus fortes vis-à-vis de la publicité et des médias qui nous enjoignent à toujours être plus performants, plus forts et plus beaux ! L’image que l’on donne de soi devrait toujours être contrôlée et valorisante. Et au final, c’est souvent le contraire qui se produit, on finit par avoir peur du regard des autres et se demander « comment ils me perçoivent ? », « qu’est-ce qu’ils pensent de moi ? »…

Pour défier cette peur, vous pouvez apprendre à vous libérer du regard des autres et à construire une image sécurisante de soi. Ces conseils sont des 1ers pas pour limiter votre peur des autres. Vous pouvez aussi prendre le problème différemment en reprenant le contrôle, non pas de votre image, mais de la raison d’être de votre prise de parole. Vous allez voir, en changement votre regard sur l’exercice de la présentation, le regard des autres changera.

 

La peur de l’inconnu

Une prise de parole en public, même si vous être bien préparé (et on vous le conseille), sera toujours un exercice complexe et inconnu. Il peut toujours se passer quelque chose qui n’était pas prévu. Et une grande partie de cette incertitude est générée par le public qui peut à tout moment interrompre, papoter, ricaner… plutôt que de nourrir de la défiance vis-à-vis du public, demandez-vous : et s’ils avaient de bonnes raisons d’intervenir ?

Si mon public m’interrompt…

Si votre public intervient, cela peut être pour plusieurs raisons : pour compléter votre propos, donner son avis, ou partager ses réticences vis-à-vis de votre idée. Quoi qu’il en soit, en tant qu’orateur, vous êtes là pour accompagner votre public, aussi bien dans ses inquiétudes, que dans ses incompréhensions. Votre rôle est d’accompagner le public sur le chemin de votre idée et de votre raisonnement. Cela ne sert à rien d’aller au bout de votre propos si vous y arrivez seul. Vous verrez que la plupart des interruptions sont finalement bénéfiques car elles permettent de clarifier un point ou de lever une objection. Dans tous les cas, pensez à Shakespeare : « Ce que tu ne peux éviter, embrasse-le ».

Si mon public me pose des questions…

Bonne nouvelle ! Si votre public pose des questions, c’est que vous avez suscité l’intérêt. On ne peut pas à la fois se plaindre du manque d’intérêt et redouter les questions ! Le meilleur moyen de répondre à ces questions est de les anticiper. Travaillez en amont sur une liste de réponses associées à ces « questions pièges ». Cela vous permettra d’être plus serein le jour J. En revanche, on ne peut pas imaginer toutes les questions qui seront posées. S’il est possible d’y répondre tout de suite, faites-le. Mais vous n’êtes pas tenu de répondre à toutes les questions qui tombent. Vous n’êtes pas un élève qui a besoin de montrer qu’il a appris sa leçon. Notez les points sur lesquels il faudra revenir et ne manquez pas d’y apporter une réponse plus tard, ce sera une belle manière d’alimenter la relation avec votre public.

Enfin, n’oubliez pas qu’en prenant la parole, vous êtes là pour les autres. Si vous souhaitez transmettre un message c’est avant tout pour eux. Plus vous prendrez soin de votre public, plus il prendra soin de vous en retour.

 

A propos de Constance Toulemonde

Storymanager et formatrice certifiée Hubstory, elle accompagne de nombreuses entreprises en conseil stratégique pour transformer leurs stratégies en des histoires claires, inspirantes et incarnées. Son motto: inspirer les autres à inspirer les autres.

Share This