Aller au contenu
Pitch, storytelling, design et leadership : Le meilleur de l'actualité par ZePresenters logo

3 conseils pour reprendre confiance après une prise de parole ratée

On a tous connu un moment où notre prise de parole n’a pas eu l’impact que l’on voulait, où l’on n’a pas réussi à embarquer les gens comme on on en avait besoin ou comme on l’avait imaginé. Il reste alors le sentiment que l’on n’a pas été à la hauteur et ce moment n’est jamais facile à vivre. Face à cette situation nous n’avons pas tous la même façon de réagir :

  • Il y a ceux qui donnent l’impression d’en n’avoir rien à faire

C’est dangereux, car cette réaction va souvent de pair avec le fait de considérer que c’est systématiquement la faute des autres. On peut toujours attribuer l’échec d’une prise de parole au public : manque d’écoute, trop d’aprioris… En réagissant ainsi, on peut se protéger un moment mais on s’enlève toute capacité d’agir et de progresser.

  • Il y a ceux qui vont s’en rendre malade

Dans ce cas de figure c’est l’image sociale qui est touchée. On croise tous les jours ceux qui ont assisté au « désastre » et on revit sans fin le moment où on les a déçus… mais cette réaction n’est guère plus enviable car elle empêche de faire une analyse sereine et d’en tirer un apprentissage.

  • Et puis il y a ceux qui décident d’en faire une opportunité

Ce sont ceux qui se souviennent d’avoir passé un moment très déplaisant, mais qui savent aussi prendre sur eux. Ils respirent un bon coup et cherchent à repartir sur de bonnes bases en se posant les bonnes questions.

Si vous choisissez cette dernière voie, voici 3 questions qui cachent 3 conseils concrets pour faire de cet échec une formidable opportunité d’apprendre et d’évoluer.

1. Qu’est-ce qui est touché chez vous ?

On résume souvent la prise de parole en public à un enjeu d’image. On prend la parole inquiet, en se demandant ce que les gens vont se dire. Résultat, un échec signifie que l’on a été ridicule et que les autres garderont à jamais l’image d’un orateur défaillant.

Or, le but d’un orateur n’est pas de protéger son image. L’enjeu d’une prise de parole n’est pas de prendre soin de votre image mais de proposer une solution concrète à un besoin du public. L’orateur est un guide qui propose au public de le suivre sur le chemin de son idée afin de susciter de l’adhésion et de l’engagement.

Apprenez à faire le tri ! Si ce qui est touché chez vous porte sur votre image, cela polluera votre analyse et ne vous servira à rien.

 

2. Qu’en avez-vous appris ? 

Une fois cette prise de conscience acceptée, nous pouvons commencer à travailler. L’objectif est d’identifier le ou les leviers que vous n’avez pas réussi à activer pour obtenir la confiance. En tant qu’orateur, vous en avez trois :

  • La narration :

Comment avez-vous construit votre message ? Était-il optimisé pour impliquer votre auditoire ? Comment vous y êtes-vous pris pour rendre désirable l’idée que vous vouliez partager avec eux ? Aviez-vous anticipé leurs résistances et préparé un argumentaire adapté ?

Pour muscler votre stratégie narrative, vous pouvez relire : https://hubstory.io/au-secours-je-ne-sais-pas-raconter-les-histoires/

  • La relation :

Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné dans la relation que vous avez créé avec votre public ? À quel moment ont-ils arrêté de vous suivre ? Quels sont les signaux faibles que vous auriez pu utiliser avant qu’il ne soit trop tard ? Avez-vous en tête une réaction qui aurait pu apaiser la situation ?

Pour vous préparer à des publics potentiellement hostiles, vous pouvez relire :  https://hubstory.io/public-hostile-trop-facile/

  • Les émotions :

Est-ce que vos intentions étaient claires ? Est-ce que vous avez fait entendre votre sentiment sur la thématique ? Avez-vous essayé de masquer ce que vous avez ressenti lorsque vous avez réalisé que la présentation vous échappait ? Êtes-vous clair sur ce qu’on ressenti les participants ?

Pour apprendre à mieux gérer vos émotions, vous pouvez relire : https://hubstory.io/comment-maitriser-vos-emotions/

En analysant ces trois angles vous pourrez poser un diagnostic rationnel de votre présentation et agir pour travailler plus efficacement la prochaine fois.

 

3. Pouvez-vous encore avoir une influence ? 

Oui, c’est difficile d’échouer. C’est difficile de croiser dans les couloirs une personne qui est témoin de votre « moment raté ». C’est difficile de vivre avec mais c’est encore pire d’en rester là, vous ne trouvez pas ?

Le seul moyen de rebondir efficacement n’est pas de vous dire « je dois me rattraper » mais de vous demander comment vous pouvez encore avoir une influence positive ? Comment vous pouvez être utile maintenant alors que la présentation ne l’a pas été ?

Demandez-vous comment vous pouvez :

  • Agir sur la relation pour demeurer une personne de confiance pour votre public
  • Améliorer la narration de votre idée pour répondre aux résistances que l’idée a pu générer
  • Muscler et mieux partager votre engagement émotionnel

Car c’est en étant digne de confiance, clair sur les enjeux et en incarnant votre projet que vous parviendrez à embarquer votre public.

 

Alors certes, ce n’est jamais très agréable de repenser et de ressasser un moment que l’on aimerait pouvoir effacer. Mais il est important d’en passer par là pour que ce moment ne se reproduise pas. Faites que cet échec ne soit plus un frein mais une opportunité pour vous améliorer. Finalement, c’est ainsi que vous aurez un impact positif sur votre image, en affirmant votre leadership et votre capacité à rebondir.

A propos de Mégane Cajot

Mégane a vécu sa première expérience du Pitch en se prêtant à l'exercice lors de la première édition de VivaTechnology en 2016. Par la suite, ses différentes expériences dans l'écostystème des startups d'EURATECHNOLOGIES, lui ont fait prendre conscience que ce qui l'anime c'est de soutenir et accompagner les porteurs de projets. Après plus d'un an chez PUBLICIS et une expérience internationale pour découvrir le monde, elle est revenue en France avec une forte envie de partager tout son savoir en continuant d'apprendre de ceux qu'elles rencontrent. Déterminée à faire de sa passion son métier, elle rejoint ZEPRESENTERS en 2019. Travaillant en binôme avec les fondateurs Bruno CLEMENT et Sébastien BERNARD, elle a déjà travaillé sur de nombreux projets avec TF1, ADEO ou RABOT DUTILLEUL. Sa mission : vous aider à transfortmer des stratégies complexes en des histoires claires, inspirantes et incarnées. Son motto : Se lancer, c'est déjà un premier pas vers la réussite.

Share This